Rechercher
  • GniomCheck

Un cerveau sous influence

Mis à jour : sept. 15


On a longtemps pensé que le cerveau était isolé derrière sa barrière hémato-encéphalique, et imperméable à toute influence. Cette idée aujourd’hui complètement révolue, a laissé place à un tout autre paradigme. 


Le cerveau est dépendant de différents stimuli et notamment ceux en provenance de l’intestin.


De nombreuses preuves révèlent que l’intestin et le cerveau sont étroitement connectés et qu’ils dialoguent de façon bidirectionnelle par les voies nerveuses, hormonales et immunitaires.


Le microbiote intestinal, acteur incontournable de cet axe intestin-cerveau, prend lui aussi part aux échanges, via les molécules qu’il produit (neurotransmetteurs, acides gras à chaînes courtes et vitamines…) et qui agissent directement ou indirectement sur le cerveau.


Il exerce son action sur la perméabilité de la barrière intestinale, ainsi que sur la barrière hémato-encéphalique qui protège le cerveau, via des mécanismes d’actions communs (1). 


La perturbation du microbiote intestinal (dysbiose) pourrait alors contribuer à l’apparition de pathologies neurologiques et psychiatriques. Comprendre ces mécanismes d’altérations pourrait permettre de prévenir et de traiter ces troubles. 


On sait notamment que les bactéries intestinales sont capables de produire des substances similaires (peptides amyloïdes) à celles retrouvées dans le cerveau de personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer (2). 


Enfin, il a été démontré que les souris dépourvues de microbiote intestinal répondaient au stress par une sécrétion accrue de corticostérone (hormone du stress), comparativement aux souris dotées d’un microbiote (3), et que l’administration de probiotiques chez des rats et des souris a permis d’atténuer leur réponse au stress (4).  


Les relations qui unissent le microbiote intestinal et le cerveau sont loin d’être complètement élucidées, nous sommes encore à l’aube d’en comprendre la complexité et la portée. Néanmoins, les perspectives thérapeutiques qui s’ouvrent à nous sont d’ores et déjà très prometteuses. 



  1. Braniste, V., Al-Asmakh, M., Kowal, C., Anuar, F., Abbaspour, A., Tóth, M., ... & Gulyás, B. (2014). The gut microbiota influences blood-brain barrier permeability in mice. Science translational medicine, 6(263), 263ra158-263ra158.

  2. Bhattacharjee, S., & Lukiw, W. J. (2013). Alzheimer's disease and the microbiome. Frontiers in cellular neuroscience, 7, 153.

  3. Crumeyrolle-Arias, M., Jaglin, M., Bruneau, A., Vancassel, S., Cardona, A., Daugé, V., ... & Rabot, S. (2014). Absence of the gut microbiota enhances anxiety-like behavior and neuroendocrine response to acute stress in rats. Psychoneuroendocrinology, 42, 207-217.

  4. Crumeyrolle-Arias, M., Jaglin, M., Bruneau, A., Vancassel, S., Cardona, A., Daugé, V., ... & Rabot, S. (2014). Absence of the gut microbiota enhances anxiety-like behavior and neuroendocrine response to acute stress in rats. Psychoneuroendocrinology, 42, 207-217. Revue-microbiote-2 intestins/cerveau




979 vues3 commentaires

 

Copyright © 2020 Physioquanta Tous droits réservés.

 

Conditions générales de ventes  | Mentions légales |  Protection des données | Utilisation des cookies | Bon de commande

GniomCheck n'est pas un produit médical mais un produit "lifestyle". Ni les informations fournies par Physioquanta, ni les probiotiques recommandés, ne sauraient se substituer à des conseils médicaux et ne servent pas à guérir des maladies. Veuillez consulter votre médecin si vous avez des questions sur votre santé.

  • Noir Icône Instagram
  • Black Facebook Icon
  • Black YouTube Icon