Rechercher
  • GniomCheck

Où commence notre immunité ?


Les mécanismes de défense orchestrés par notre système immunitaire permettent de distinguer ce qui fait parti du soi et du non soi, dans le but d’éliminer tout élément susceptible de nuire à notre intégrité. L’immunité est le résultat d’une longue évolution qui a abouti à une organisation à la fois simple et sophistiquée. Elle est composée de deux systèmes interdépendants : l’immunité innée et l’immunité acquise. 


Les cellules de l’immunité innée logées principalement dans les muqueuses, sont en première ligne pour détecter les éléments pathogènes et assurer notre défense.  

C’est seulement dans un second temps, lorsqu'elles présentent les motifs moléculaires associés aux pathogènes qu’elles auront phagocyté, qu’elles activent les cellules de l’immunité adaptative.


Les muqueuses sont donc notre premier rempart face à l’adversité.


Cette immense surface d’échange tapisse toutes les cavités de l’organisme et joue le rôle d’interface entre l’environnement extérieur et intérieur. Sa fonction barrière empêche l’entrée d’agents étrangers potentiellement dangereux, sa perte d’intégrité est le facteur déclenchant de nombreuses maladies. 


La muqueuse intestinale avec ses 300 mètres carrés de surface et ses 100 000 milliards de bactéries hébergées, est incontestablement le pilier sur lequel repose notre immunité. 


Son équilibre dépend de plusieurs facteurs : les jonctions serrées qui assurent la cohésion entre les cellules épithéliales, la couche de mucus protecteur qui sert de niche d’ancrage aux bactéries amies et qui repoussent au loin les virus, parasites etc… Enfin, la présence d’un microbiote bactérien dense et diversifié qui remplit plusieurs fonctions essentielles. Il joue notamment un rôle crucial dans la maturation du système immunitaire et il est clairement établi que sa composition impacte durablement la santé de l’hôte. 


Des analyses métagénomiques ont montré qu’une perturbation de la composition  du microbiote intestinal (dysbiose) est associée à de nombreuses pathologies.


Pour la recherche médicale, comprendre les processus physiopathologiques passe souvent par l’exploration en premier lieu des mécanismes de l’immunité acquise. C’est à dire, en appréhendant le problème par le prisme le plus complexe. 


Cette démarche bien que nécessaire, oublie que notre système de défense repose avant tout sur l'activation de l’immunité innée, sur l’importance de l’intégrité des barrières, enfin sur l’équilibre de l’ensemble des microbiotes et tout particulièrement celui logé dans nos intestins. 


Prendre soin de ces facteurs est donc la condition sine qua non pour optimiser notre immunité et renforcer notre santé durablement.



167 vues2 commentaires

 

Copyright © 2020 Physioquanta Tous droits réservés.

 

Conditions générales de ventes  | Mentions légales |  Protection des données | Utilisation des cookies | Bon de commande

GniomCheck n'est pas un produit médical mais un produit "lifestyle". Ni les informations fournies par Physioquanta, ni les probiotiques recommandés, ne sauraient se substituer à des conseils médicaux et ne servent pas à guérir des maladies. Veuillez consulter votre médecin si vous avez des questions sur votre santé.

  • Noir Icône Instagram
  • Black Facebook Icon
  • Black YouTube Icon