Rechercher
  • GniomCheck

L’intestin, première étape de la détoxication


Notre corps traite en permanence une quantité considérable de déchets qu’il doit éliminer efficacement, au risque d’être encombré et fragilisé dans ses fonctions vitales.


Les signes d’une surcharge toxique sont très variés et non spécifiques (fatigue chronique, troubles du sommeil, migraines, faible résistance au stress, douleurs musculaires, problèmes de concentration…), d’où la difficulté d’établir un diagnostic. Cette situation peut entraîner une errance médicale, difficile à vivre pour beaucoup de personnes. 


Soutenir l’organisme dans ses fonctions de détoxication est un acte indispensable pour améliorer le bien-être et la santé. 


L’épuration des déchets est principalement réalisée par le foie, mais contrairement aux idées reçues, ce n’est pas lui qui est en première ligne. 


La première véritable étape de détoxication commence dans les intestins.


La muqueuse intestinale est une surface d'échanges fortement exposée et particulièrement vulnérable. La cohésion entre ses cellules (entérocytes), la présence conjointe du mucus et du microbiote intestinal font rempart et protègent notre milieu intérieur de la pollution.  


Logé dans la membrane des cellules intestinales, un système de pompes très sophistiqué permet de réduire l'absorption de toxiques et de nombreux médicaments, mais à condition que le tissu soit intact. En cas d’hyperperméabilité et d’inflammation, le système de pompes est désactivé, c’est la porte ouverte aux toxiques et aux micro-organismes pathogènes. 


On comprend pourquoi soutenir l’élimination hépatique et rénale est nécessaire mais pas suffisant. 


C’est en prenant soin de l’écologie intestinale, notamment en optimisant la fonction barrière de la muqueuse et en traitant le déséquilibre du microbiote (dysbiose), que l’on peut limiter l’absorption des toxiques, et soulager par la suite le travail hépatique.


En cas de dysbiose, certaines bactéries pathogènes, dites à Gram négatif, libèrent des toxines, logées dans leur membrane, qui déclenchent une réponse immunitaire et inflammatoire impactant l’étanchéité de la membrane intestinale.


Comment optimiser la fonction barrière de la muqueuse et traiter le déséquilibre du microbiote ? 


Une alimentation préparée maison de qualité biologique, composée de légumes lacto-fermentés et de fruits riches en fibres, une mastication puissante et efficace, l’éviction du sucre raffiné, du gluten et des aliments sources d’intolérances, sont un premier pas vers la santé intestinale. 


Enfin, l‘apport de probiotiques et d’une micronutrition adaptée complètent l’approche alimentaire tout en améliorant la fonction de filtration et la protection du milieu intérieur.



406 vues1 commentaire

 

Copyright © 2020 Physioquanta Tous droits réservés.

 

Conditions générales de ventes  | Mentions légales |  Protection des données | Utilisation des cookies | Bon de commande

GniomCheck n'est pas un produit médical mais un produit "lifestyle". Ni les informations fournies par Physioquanta, ni les probiotiques recommandés, ne sauraient se substituer à des conseils médicaux et ne servent pas à guérir des maladies. Veuillez consulter votre médecin si vous avez des questions sur votre santé.

  • Noir Icône Instagram
  • Black Facebook Icon
  • Black YouTube Icon